Les rythmes généraux

Publié le par Docteur Paul Carton

 

Sous quelque aspect qu'on envisage l'Univers, depuis les mondes qui gravitent dans l'espace jusqu'aux plus fines particules de l'atome, qu'il s'agisse des choses visibles (matières inertes, organismes) ou de forces immatérielles (énergie électrique, force psychique, etc.), tout, en derniére analyse, n'est que mouvement perpétuellement rythmé.

 

Depuis le plus petit cristal ou la moindre cellule jusqu'aux globes célestes, tout évolue et progresse en passant par des successions rythmées de périodes d'activité, puis de répit ; d'accroissement, puis de désintégration ; de vie, puis de mort.

 

Cette similitude d'essence originelle et cette commune ascension rythmée vers le progrés, qui se manifestent dans toutes les choses, avaient déjà été remarquées des Anciens. On en retrouve notamment l'expression fort nette dans les lois Hermétiques, formulées du temps de l'antique civilisation égyptienne. Voici les principales :

- Ce qui est en haut est comme ce qui est en bas ;

- Tout est vibration, rien n'est inerte, tout vibre ;

- Tout est double, tout a deux faces, tout a deux pôles ;

- Tout inspire et expire, tout monte et descend, tout s'équilibre par oscillations compensées.

 

D'autre part, dans la nature, toutes les propagations de forces se font sous forme d'ondulations, c'est à dire en lignes sinueuses décomposables en parties élevées et basses qui se succédent selon des rythmes plus ou moins rapides (ondes lumineuses, sonores, électriques, radiations ; rythme des marées ; etc.).

 

Enfin, la vie terrestre, sous ses aspects végétaux et animaux, a évolué et progressé en subissant les mêmes alternatives d'ascension et de décadence des individus et des races, au milieu de circonstances extérieures alternantes (période carbonifère, période glaciaire, saisons, etc.).

 

De nos jours encore, cette évolution se continue de façon identique.

Nous subissons les rythmes des périodes de sécheresse et d'humidité, des saisons chaudes et froides, du jour et de la nuit, etc.

 

La vie végétale avec les alternatives répétées de pousse et de chute des feuilles, de torpeur et de réveil de la végétation, d'infécondité et de fécondité, obéit aux mêmes rythmes.

 

Les animaux avec les renouvellements périodiques de fourrure ou de plumage, avec les phases d'activité et de reproduction au cours de l'été, puis de repos pendant l'hiver (migrations, hibernation ou vie plus réduite), subissent les mêmes influences rythmiques générales.

 

Les matériaux nutritifs  qui servent à l'alimentation des végétaux et des animaux passent eux-mêmes par des états de complexité croissante, en partant de composés forts simples pour aboutir aux molécules les plus complexes (azotées), et finalement se dégradent et retombent à l'état initial aprés avoir traversé les tissus d'un être vivant ; puis ils repartent dans un nouveau rythme d'édification et de désintégration.

 

En somme, tout dans la nature vit, se développe et s'équilibre en vertu de cette grande loi d'adaptation progressive, réalisée par le jeu alterné et rythmique des influences contraires, que nous avons déjà mise en relief, en montrant le rôle qu'elle joue dans la thérapeutique naturiste générale et aussi dans la conduite de chacune de ses applications particulières (diététique, cure de soleil, exercice, hydrothérapie, etc.).

Publié dans Principes

Commenter cet article