Les idoles pharmaceutiques

Publié le par Docteur Paul Carton

Quand on est mal à l'aise ou quand on est tombé malade, il est enfantin de se figurer qu'il suffit d'évoquer les petits dieux de la chimie ou de l'opothérapie, de les acheter et de les absorber sous forme de pilules, cachets, potions, piqûres, pour être dispensé d'obéir aux lois naturelles et surnaturelles, pour échapper aux sanctions et aux purifications morbides et pour s'assurer l'impunité perpétuelle, sans réformer aucunement ses mauvaises habitudes.

 

Quand le mal menace ou s'est déclaré, il n'y a qu'une voie de salut : faire son examen de régime et d'hygiène, seul ou en s'aidant d'un avis éclairé, et réaliser le contraire de ce qui a entraîné le désordre organique. On acquiert ainsi la conviction que la pureté du régime, la sobriété et la bonne hygiène comptent plus pour la construction de la santé que les médicaments. On se rend compte que les aliments judicieusement choisis agissent comme autant de remèdes et que le régime sain constitue à la fois le meilleur préservatif et le traitement fondamental des maladies.

Publié dans La cuisine simple

Commenter cet article